Programme Grande Ecole - Pôle Finance
83 avis
3403 Abonnés
Note globale : ★★★★

Avis d'anciens

Florian Deroche, Promotion 2008 , Analyst NPC, Société Générale CIB

“ At the beginning of courses are very practical and oriented towards the actual practice of the profession ”

Avis déposé le 30/01/2013

Note globale : ★★★★

Qualité des cours ★★★★

Qualité des intervenants ★★★★

Ambiance ★★★★

Débouchés ★★★★

Qualité du réseau ★★★★

Quelle formation avez vous suivie ?

J’ai obtenu un Bac S en 2002, un Deug d’économie en 2004 et une licence de gestion en 2005. J’ai tenté le concours tremplin (6 ESC : Marseille, Toulouse, Bordeaux, Reims, Rouen, Nancy) et les écoles EM Lyon et Audencia. J’ai intégré cette dernière ou j’ai effectué un semestre dédié aux admissions sur titres (Septembre 2005 – Janvier 2006), un stage en année césure (Février 2006 – Novembre 2006), un semestre à l’étranger via le programme Erasmus (Février 2007 – Juin 2007) et une spécialisation qui ouvrait en Septembre 2008 : le parcours Audit. Il consiste en 2 mois (Sept / Oct) de cours spécialisés sur le métier d’auditeur externe, 5 mois (Nov / Mars) de stage dans un cabinet partenaire de la formation (des managers dispensent les cours spécialisés en début de programme) et une partie de la spécialisation finance (au choix avec la spécialisation contrôle de gestion qui m’intéressait moins).

Stage en année césure : Contrôle de gestion à Danone

Stage de fin d’étude : Audit externe chez PriceWaterhouseCoopers

Qu’avez-vous pensé des cours (contenu des programmes, diversité) ?

Les cours dédiés aux admissions sur titres sont redondants lorsqu’on a des bases en économie et gestion mais leur intérêt est indéniable pour les profils plus atypiques. Le niveau reste très accessible.

Le véritable intérêt réside dans la spécialisation du parcours Audit dont le nombre de participant était limité (nous étions une quinzaine). Les cours en début d’année sont très concrets et orientés vers la pratique réelle du métier. Le niveau est soutenu tant en volume horaire qu’en charge de travail. La spécialisation en finance est elle aussi très intéressante et enseignée en partie par des professionnels. A l’inverse le programme était relativement vaste et beaucoup moins approfondis ce qui est plus intéressant pour les étudiants : à 23 ans mieux vaut être sensibilisé à une large culture de la finance que connaître de façon « approfondie » quelques techniques seulement.

D’autres cours sont aux choix de l’étudiant dont certains liés à la culture générale ce qui permet une ouverture d’esprit complémentaire.

Je suis très satisfait du contenu et de la diversité des cours à l’exception de ceux réservés aux admissions sur titres.

Comment évaluez-vous la qualité des intervenants ?

Les intervenants sont beaucoup plus présents dès lors qu’on se spécialise et que les étudiants sont plus matures. Ceux qui sont intervenus dans le cadre du parcours audit étaient des managers de cabinet d’audit et ont pu nous préparer au stage qui allait suivre. Ils ont tous été pédagogues, utilisant des exemples appropriés et soucieux que l’on comprenne les difficultés techniques. Le fait d’être en nombre très limité et qu’on allait travailler avec certains managers immédiatement à la suite des cours a favorisé une proximité et une forme d’émulation. Les cours prenaient souvent la forme de travaux pratiques. Les autres intervenants (lors de la spécialisation en finance) ont réalisés des cours plus magistraux mais le nombre d’étudiants n’a pas dû leur faciliter la tâche.

Selon mon souvenir un seul intervenant a fait une prestation décevante : le partage d’expérience n’a pas vraiment fonctionné malgré de la bonne volonté.

Est-ce que vous pensé que cette formation vous a bien préparée à votre métier actuel ?

La spécialité prépare très bien au métier d’auditeur externe, d’autant plus qu’elle a été améliorée depuis. J’ai commencé en audit interne (et je fais autre chose actuellement) et c’est avant tout mon expérience acquise en stage qui m’a été utile.

L’ensemble de la formation au sein de l’école (mais aussi mes études antérieures) m’a beaucoup apporté parce qu’elle m’a donné une solide culture générale de l’entreprise, du monde des affaires et de la finance ce qui m’a permis de ne jamais me sentir perdu ou en manque de ressource sur quelque sujet que ce soit.

La pédagogie de l’école est de plus centrée sur les compétences et des comportements liés à la vie professionnelle : si les connaissances peuvent s’acquérir partout et doivent être mises à jour à tout moment, acquérir et savoir entretenir une attitude appropriée dès la période de formation donne un atout pour toute la durée de la vie professionnelle. Aujourd’hui si je devais faire un recrutement, je serai très sensible (avec l’expérience) aux capacités d’un candidat à comprendre et s’approprier une série de comportements et d’attitudes qu’on attend de lui. Inversement, j’observe que certains cadres très bon techniquement et venant d’écoles plus renommées passent à côté de cette logique.